Pop Art

Pop art ?

En tapant "pop art" dans des moteurs de recherche d'images, voilà le genre d'images sur lequel on peut tomber :

Aïe... Est ce vraiment du pop art ça ?

Remettons les choses en place : pop art est devenu aujourd'hui pour la plupart des gens un style de traitement d'images comme celui ci où une image de base , le plus souvent un portrait est répété plusieurs fois puis traité numériquement afin de faire ressortir le portrait dans des tons très colorés.

A la base de cette mode bien sûr, il y avait ça :

Les fameux portraits de Marylin par Andy Warhol...

La ressemblance est incontestable, on s'y méprendrait. Mais rappelons le message de Warhol dans ces oeuvres, et le message en général du pop art. Warhol utilisait la technique dite de la sérigraphie pour faire ses tableaux : à la base une photo en noir et blanc imprimée sur fond coloré, qui peut ensuite être réimprimée à l'infini... à l'image d'une publicité. Warhol utilisa la même technique pour représenter une boîte de soupe Campbell, très célèbre oeuvre :

 

Par ce geste il met au même niveau une célébrité surexposée par les médias et la pub, et une boîte de soupe basique, elle aussi sujet de nombreuses publicités. La seule différence est que les portraits de Marylin sont plus édulcorés donc encore plus attrayants. 

Warhol dénonce la société de consommation dans laquelle nous vivons et qui transforme comme lui le fait des stars en boîte de soupe.

Alors du coup, un portrait valorisant pour Marylin Monroe ? Surement pas.

Pas plus pour ces personnes qui se réduisent en se créant des portraits "pop art" à des produits de consommation.

J'exagère mais soyons conscient que l'on confond ici dans le mauvais sens, courant idéologique et technique.

N'empêche qu'ils sont sympas ces portraits, vous trouvez pas ?

 

 

Enjoy !!

vendredi 11 avril 2008 21:40 , dans Pop Art


Duane Hanson, Pop et Réaliste ?

Réaliste voire Hyper-réaliste, voilà comment on pourrait décrire les oeuvres de Duane Hanson. En effet, ses sculptures sont vraiment troublantes de réalité, physiquement et contextuellement (ça se dit ?). L'exemple le plus fameux du travails de Duane Hanson est sans doute la ménagère et son caddie :

Duane Hanson

 

Duane Hanson est un artiste pop-art dans la mesure où il représente habilement les acteurs et les scènes de l'american way of life. Sa technique ferait presque passer les sculptures de cire du musée Grévin pour de l'amateurisme.

Duane Hanson

 

Duane Hanson

 

Duane Hanson

Très impressionante et très effrayante, la super-réalité de Duane Hanson est au bord de la vie.

J'en profite pour signaler une exposition consacrée à Duane Hanson à Völklingen en Allemagne (voir ici).

 

Enjoy !

mardi 04 mars 2008 13:29 , dans Pop Art


Néo Pop

Le Néo Pop, un courant issu du pop-art, est un courant actuel (oui oui, il en existe encore pleins (trop ?)) qui repose sur l'idée que tout oeuvre d'art est humaine, donc accessible à tous, donc populaire, donc pop. Un concept qui nous rappelle un peu le débat dsur le téléchargement illégal, on y reviendra plus tard. On rapproche également ce courant au tag, à un esprit un peu punk.

Deux artistes néo pop pour illustrer : le premier est un frenchie : Yvan Goin :

Hate

J'espère que vous verrez directement à quoi fait allusion ce poster (sinon voir un peu plus bas).

dadapop

Du rouge, du noir, du blanc et du sang, vous l'avez compris, Yvan Goin est un rebelle rock'n'roll, un peu le compagnon de vie du pop-art (voir Andy et le Velvet)

Autre artiste, peut-être plus célèbre, Jeff Koons :

Jeff Koons

 

Jeff Koons

Avec plus de couleurs vives, caractéristiques du pop art, notre ami Jeff Koons semble particulièremenr apprécier les animaux (voir site officiel ici).  Du bon kitsch pour un artiste qui monte beaucoup et dont on entendra surement beaucoup parler encore dans l'avenir.

Pour finir, revenons à un concept lié au néo pop : le copyleft.

Copyleft

Késako ? Et bien en résumé, l'auteur de l'oeuvre donne libre droit pour toute copie et modification, tant que ça n'altère pas gravement l'idée initiale. Cela englobe par exemple tous les logiciels libres, open source. Les artistes néo pop acceptent le copyleft en principe.

De très bonnes idées dans tout ça !

Enjoy !

lundi 03 mars 2008 23:09 , dans Pop Art


Pop is Love

"Pop is Love, then it accepts everything...  Pop is to throw the 'Bomb'. It's the 'american dream', optimistic, generous and naive..." disait Robert Indiana. Une bien belle définition, qui résume habilement beaucoup d'aspects du pop-art. "Pop is Love", c'est précisément le sujet d'aujourd'hui. Voici quelques oeuvres ou le fameux "Love" est le thème principal.

Honneur a l'auteur de la phrase précédente, Robert Indiana avec LE symbole qui a occuper une grande partie de ses oeuvres :

Love

Love, Version de base

Love

Love, Version sculpture

  En voyant un "Love" avec le O un peu penché, vous pouvez être quasiment sûr qu'il s'agit de Robert Indiana. On peut trouver des versions dans des dizaines de couleurs différentes, un peu à l'esprit pop de Wahrol qui déclinait ses sérigraphies sur de nombreuses teintes différentes. Le message est clair en tout cas, moi je suis "in Love".

L'amour c'est bel et bien un sujet qui inspire dans le pop-art, ici avec Peter Blake et son Love Wall :

Love Wall

Il s'agit d'un mur exterieur couvert de photos inspirant l'amour : des couples qui s'embrassent, de jolies filles, des coeurs.... C'est beau l'amour.

Tom Wesselman aimait aussi, c'est sûr, et ce n'est pas sa longue série de Great American Nude qui nous fera dire le contraire :

Tom Wesselman

Ca nous rappelle le "american dream" de la citation de Robert Indiana tout à l'heure, puisque Wesselman a voulu préciser ici qu'il s'agissait bien de nus américains. J'entend par là : nu pop-art. La série des tableaux représente à chaque fois une femme nue dans des positions d'amour, toujours avec des couleurs très vives et en nombre limité, comme sur les comics détournés de Lichtenstein.

Enfin, je ne pouvais pas ne pas citer Niki de St-Phalle et ses Black nanas, même si ce n'est pas exactement pop-art (mais un peu beaucoup quand même) :

Black Nana

Un condensé de couleur et d'amour dans toutes ces sculptures. Comme quoi finalement, l'amour ne nous fait pas que voir la vie en rose, mais véritablement de toutes les couleurs.

 

Enjoy !!

 

jeudi 28 février 2008 10:00 , dans Pop Art


Andy Warhol and the Velvet Underground

Vous avez vu ou connaissez sans doute ça :

The Velvet Underground & Nico

 

Il s'agit du cover art d'un des albums référence du pop-rock, dira-t-on : The Velvet Underground & Nico.

Petit rappel sur ce groupe de la fin des années 60 - début 70, qui aura par la suite influencé bon nombre d'autres groupes tout aussi célèbres (David Bowie en particulier) : composé de Lou Reed, John Cale, Sterling Morrison et Maurren Tucker, ils sont notamment les auteurs de Sunday Morning, I'm Waiting For The Man, ou Heroin, tubes tous présent sur l'album dont il est question ici.

Quel est le rôle d'Andy Warhol dans tout ça ? Et bien outre avoir réalisé a pochette dont on reparlera plus en détails plus tard, il a été celui qui a réellement lancé leur carrière en produisant cet album. En effet, à son début, le groupe répetera et se produira à la Factory, haut lieu du pop art et de l'art sous toutes ses formes ouvert par Warhol lui même. Andy Warhol demandera de plus la participation sur cet album de Christa Päffgen, alias Nico, une véritable muse pour lui. Même si sa participation a été éphémère, Nico a par la suite pleinement profité de cette rencontre, il suffit de voir ceux qui lui ont écrit des chansons pour sa carrière solo : John Cale, Lou Reed, Bob Dylan... On ne parlera pas de ses relations privées, avec un tableau de chasse tout aussi prestigieux : mais c'est ça aussi l'avantage d'être une muse.

Après cet album qui restera pour moi le meilleur du Velvet, le groupe s'éloigne de Warhol et de Nico pour ses compositions futures. Une erreur ? Peut-être pas vu leur notoriété actuelle.

Revenons maintenant à la pochette elle même puisque c'est ce qui nous intéresse le plus ici : Warhol se reconnaît imédiatement par sa technique : une photo noir et blanc sérigraphiée sur un fond coloré. On se doute aussi tout de suite de la symbolique évoquée ici, d'autant plus appuyée par la mention Peel slowly and See en haut du fruit :

Peel Slowly and See

 L'oeuvre associée au Velvet, devient alors véritablement une référence. Plusieurs références :

The Dandy Warhols, tout d'abord, dont le nom seulsuffirait à comprendre le lien. Ce groupe, créé au début dans les années 2000, influencé par le Velvet (tiens, tiens) , a notamment utilisé pour la pochette (cover art) de son album Welcome To The Monkey House, une référence évidente :

Welcome To The Monkey House

 Cette fois la banane est légèrement pelée, représentée avec sa fermeture éclair. Est-ce l'étape suivante après l'instruction Peel Slowly... ? La fermeture éclair rappelle aussi étrangement la connotation identifiée précédement.

Autre exemple : une peluche ou un coussin de la forme de la banane a été créé et commercialisé dernièrement. La peluche se laisse peler pour qu'on puisse découvrir à l'intérieur le fruit rose. L'objet est devenu très hype, et on n'était pas surpris de le croiser dans tous les lieux branchés. Un bien bel exemple du Pop Art pris à son propre jeu : l'oeuvre Pop est devenu elle même populaire.

peluche

En tout cas, on n'oubliera pas dans tout ça l'incroyable talent d'Andy qui a su lancé un groupe culte tout en créant une symbolique aujourd'hui culte. En résumé : Sex, banane et Rock'n'Roll

Enjoy !

 

samedi 16 février 2008 09:21 , dans Pop Art


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à frans16611

Vous devez être connecté pour ajouter frans16611 à vos amis

 
Créer un blog